Sécurité : une dynamique positive sur les 6 premiers mois de l’année 2017

 
 
Sécurité : une dynamique positive sur les 6 premiers mois de l’année 2017

Le préfet, avec le procureur général, a dressé un bilan positif des six premiers mois de l’année 2017 sur le champ de la lutte contre la délinquance.

" L’année 2016 et même ce début d’année 2017, " ont été difficiles, a commencé le préfet. " Mais la baisse de pratiquement tous les indicateurs montre aujourd’hui que nous allons dans la bonne direction. Le plan de lutte contre la délinquance mis en place en septembre dernier et l’engagement opérationnel très important des forces de sécurité a permis d’engager une dynamique positive en termes de résultats. Il convient bien sûr de la conforter sur l’ensemble de l’année. "

1/ AAB : les atteintes aux biens baissent de -12,7% (-1,8 % en 2016)

  • Les atteintes aux biens (AAB) baissent de façon significative (6 068 contre 6 948 au 26 juin 2016 et 7 051 au 26 juin 2015)
AAB

2/ VAMA : Les vols avec violence affichent une diminution importante (-35,8%).

  • Les vols à main armée (VAMAVols à main armée) baissent pour la première fois cette année avec 203 faits contre 212 l’an dernier (-4,2%).
  • Les VAMAVols à main armée avec arme blanche diminuent très fortement avec -58,3 % (90 faits contre 216 fin juin 2016), alors qu’ils progressaient de +37,4 % l’an dernier à la même période.
VMA

Les vols liés à l’automobile et aux deux-roues à moteur sont cependant en légère hausse sur ces 6 premiers mois  (+1,8%), même si leur niveau reste inférieur à celui de 2015 (1 912 faits contre 1 954). Il s’agit pour les 3/4 des faits de vols à la roulotte ou d’accessoires.
Le fléchissement des cambriolages se poursuit très fortement en volume (-370 faits), soit une baisse de 22,1 % pour le département.

3/ AVIP : la baisse des atteintes volontaires à l’intégrité physique se confirme (-15,8%)

L’élément moteur de cette évolution favorable est la baisse des violences physiques crapuleuses (VPC)    de 339 faits (-36%) mais aussi, dans une moindre mesure de la baisse des violences physiques non    crapuleuses : -176 faits (-11,5%).

AVIP

La stratégie d’occupation renforcée de la ZSPZone de sécurité prioritaire a porté ses fruits et a permis d’infléchir la montée de la délinquance en zone police et d’augmenter la performance d’élucidation, avec un taux passé de 31 à près de 47 %.
Cependant, les homicides sont en augmentation pour atteindre un total de 17 (contre 11 en 2016). En revanche, les tentatives sont en légère baisse (24 contre 26).

4/ La lutte contre l’immigration irrégulière

Stables s’agissant des étrangers en situation irrégulière puisque 658 ESI étaient interpellés contre 665 sur la même période en 2016 en Guadeloupe et Saint-Martin (384 en Guadeloupe).
Pour la Guadeloupe continentale, la majorité de ces interpellations le sont en zone de sécurité prioritaire.
Dans le même temps, 33 mesures de non admission (+83%) étaient prononcées contre des étrangers ne remplissant pas les conditions pour rentrer sur le territoire. Il est à noter une plus forte pression migratoire de ressortissants de République dominicaine et du Venezuela.
L’action contre les différentes formes d’aide au séjour s’est poursuivie et intensifiée puisque 70 procédures étaient diligentées notamment pour des faits de fausses reconnaissances en vue de l’obtention d’un titre de séjour, de fournitures de moyens et d’hébergement.
La lutte contre l’emploi des étrangers sans titre s’est maintenue à un niveau stable puisque 40 employeurs en infraction faisaient l’objet d’une procédure contre 39 en 2016.

5/ Sécurité routière

En dehors d’un mois de mars 2017 très meurtrier avec 7 tués, les 6 premiers mois de l'année 2017 ont été marqués par une baisse du nombre de tués par rapport au premier semestre 2016.
Avec un cumul de 17 tués contre 34 fin juin 2016, soit une baisse de 50%, ce sont 17 vies qui ont ainsi été épargnées sur les routes de Guadeloupe.
Ce niveau est même inférieur à celui de 2015 qui avait été une année très positive en termes de mortalité sur les routes avec18 tués.
On dénombre également 167 accidents contre 165 en 2016 ce qui entraîne une baisse du taux de gravité de 20,6 en 2016 à 10,17 en 2017.
La baisse du nombre de tués pourrait donc laisser penser à une meilleure prise de conscience par les usagers de la route des règles élémentaires de sécurité à prendre à compte, mais le nombre élevé d’accidents vient nuancer ce constat et milite pour maintenir les actions de prévention.

Parmi les 17 tués, on décompte 10 usagers vulnérables et 7 en véhicules légers, les usagers vulnérables représentent ainsi 59 % des décédés sur les routes.

Sécu_routes